10 lieux à ne manquer sous aucun prétexte dans les Dolomites.

Les Dolomites sont un massif montagneux classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, situé dans le Nord de l’Italie, à la frontière avec l’Autriche.
Ses paysages sont absolument incroyables de beauté et j’en suis littéralement tombée amoureuse.
Ses pentes rocailleuses abruptes et inaccessibles, ses pics escarpés, ses alpages verdoyants, ses lacs aux eaux turquoises, ses nombreuses galeries et via-ferratas, vestiges de la 1ère Guerre Mondiale…

Une chose est sûre : ce massif aura tout pour te séduire, alors maintenant suis-moi et laisse-moi te convaincre.

1. Le lago di Landro

Le lago di Landro est un grand lac qui se trouve à peu près à mi-chemin entre Cortina d’Ampezzo et Dobbiaco. Bien qu’il y ait plus calme comme endroit (juste à côté de la route) je te conseille d’y faire un arrêt et de contempler cette grande étendue turquoise dans laquelle se reflète les brides d’un massif si caractéristiques que sont les Dolomites.

2. Le lac d’Antorno

Le lac d’Antorno se situe juste après le lac de Misurina. Il est beaucoup plus petit et est bordé par des centaines de sapins avec pour toile de fond un aperçu des montagnes abruptes des Dolomites.

C’est le point de départ idéal pour rejoindre les Tre Cime di Lavaredo à pieds. On peut y laisser la voiture sur le parking en contre-bas du lac et cela évite ainsi de devoir passer le péage et de s’acquitter de la somme de vingt et quelques euros « bêtement ».

INFOS PRATIQUES

Du lac d’Antorno (1866m) compte environ 2h/2h30 jusqu’au refuge Auronzo (2333m) qui se situe aux pieds des Tre Cime.

3. Les Tre Cime di Lavaredo

Les Tre Cime di Lavaredo sont le paysage le plus emblématique des Dolomites. Ces trois épines rocheuses fièrement dressées au milieu d’un immense plateau calcaire sont aussi très certainement le site le plus visité des Dolomites, donc ne t’attends pas à être seul une fois là-haut, sauf peut-être si comme nous, tu décides d’y passer la nuit.
Une fois au refuge Auronzo, c’est là que tu rejoins tous les italiens, autrichiens, allemands, français, chinois et autres… qui sont arrivés par la route à péage.
Pour s’éloigner du bain de foule, rien de tel que d’aller un peu crapahuter dans les pierriers aux pieds des Tre Cime et d’aller découvrir les galeries qui y ont été creusés par les soldats pendant la 1ère guerre mondiale. De l’intérieur, le panorama est juste à couper le souffle. Pour s’y rendre, rien de bien compliqué, toutes ces grottes sont visibles depuis le parking, et pourtant personne n’ose s’y aventurer ! La vue en vaut pourtant la peine…
Il est également possible de faire le tour de cet immense rempart rocheux en empruntant le sentier de la Via Alta Dolomiti n°1. La plus belle vue sur les Tre Cime est celle que l’on a sur sa face nord (à l’opposé du refuge Auronzo).

4. La via Ferrata du Monte Paterno

C’est dans les Dolomites que sont apparues les premières via-ferratas italiennes en 1914 lors de la 1ère Guerre Mondiale. En effet, les soldats avaient alors équipé des parois rocheuses à priori inaccessibles avec de nombreux câbles et échelles. Ces installations sont maintenant entretenues à des fins purement touristiques.
La via-ferrata du Monte Paterno en fait partie et nécessite d’avoir son propre matériel, à savoir : baudrier, longe, casque, gants et lampe frontale. Son point de départ se trouve au refuge Locatelli, quasiment aux pieds des Tre Cime, côté nord-est.
La via ferrata commence au-dessus du refuge sur l’arête nord, d’abord par une grande galerie (tu comprendras très vite l’intérêt du casque et de la frontale…) puis par un sentier cablé qui se poursuit jusqu’au sommet, matérialisé par une immense croix.

La descente peut s’effectuer soit par le même sentier ou alors en bifurquant sur la droite par le sentier des Forcelles qui permet de rejoindre le refuge Lavaredo.

INFOS PRATIQUES

Compte environ 3-4h au total.

Cette via-ferrata ne présente aucun difficulté technique (on y a vu des familles la faire avec de jeunes enfants), elle requiert néanmoins une certaine vigilance et une bonne condition physique, surtout si comme nous, vous vous trimballez vos sacs à dos de 15kg sur le dos.

5. Le laghi del Piani

Le lac del Piani se trouve juste en dessous du refuge Locatelli, il est possible de tomber dessus en redescendant du Monte Paterno. C’est le spot idéal pour pique-niquer face à un panorama de rêve après s’être bien dépensé.
Par temps calme (absence de vent) les montagnes environnantes se reflètent dans l’eau du lac de manière incroyable. Un vrai chef-d’œuvre.

6. Le Lago Di Sorapis

Ce lac est l’un des plus beaux et plus connus des Dolomites. Ce qui le rend si beau ? Sa couleur bleu-turquoise et son aspect laiteux dans lequel des pics acérés se reflètent de façon très photogénique.
C’est un incontournable des Dolomites alors forcément cet endroit est très prisé des touristes mais aussi des locaux, surtout en milieu de journée. Je te conseille donc de t’y rendre très tôt le matin en essayant d’arriver sur place vers 7h30/8h ou en fin de journée, c’est-à-dire après 17h.

C’est à ces moments de la journée que l’on peut se retrouver seul, s’assoir sur un rocher au bord du lac et le contempler en profitant d’un silence presque absolu.
Pour s’y rendre, il faut compter environ 1h45 de marche pour parcourir les 6,5km et 400m de dénivelé positif depuis le parking du paso Tre Croci, un col situé à 6km seulement de Misurina et 10km de Cortina d’Ampezzo.

En contre-bas du lac se trouve le refuge Vandelli, il peut-être une alternative pour passer la nuit ou bien simplement pour aller y grignoter un petit quelque chose.

7. Le lago di Braies

Le lago di Braies est sans doute le lac le plus visité des Dolomites, mais aussi un des plus photogéniques. Tu as certainement déjà dû voir des clichés de ce lac et de ses fameuses petites barques sur Instagram. Tiens oui, d’ailleurs, ici la baignade est strictement interdite, il est uniquement possible de louer des barques (à rames) pour y naviguer.
Tu pourras emprunter le petit sentier qui en fait le tour et pour les plus sportifs il est aussi possible de monter jusqu’à la la Croda del Becco, 1300m au-dessus du niveau du lac, à 2850m d’altitude. De là-haut la vue sur le lac est vertigineuse !

INFOS PRATIQUES

Il est possible de rejoindre le lago di Braies en prenant le bus n°442 depuis Cortina d’Ampezzo.
Compte environ 1h15 de route avec un passage obligé par Dobbiaco. 
La gare routière de Cortina d’Ampezzo se situe sur le grand parking juste devant le commissariat de police.
Les tickets de bus se prennent à bord.

8. Le Parc Naturel de Fanes-Sennes-Prags

Le Parc Naturel de Fanes-Sennes-Prags est un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO qui se caractérise par ses alpages verdoyants (les plateaux de Fanes, de Sennes et de Fosses), ses charmants petits chalets et refuges en bois, ses nombreux lacs et cours d’eau, le tout bordé par de nombreuses montagnes aux pentes escarpées.
La meilleure façon de s’imprégner des lieux est de le traverser depuis le lago di Braies jusqu’au refuge de Fanes, avec la possibilité de prolonger jusqu’au refuge Lagazuoï. Dans ce cas, compte 2-3 jours de marche.

9. Le lago di Lagazuoï

La plus belle manière pour s’y rendre est d’arriver par le nord et de franchir le col Forcella Lagazuoï. Il s’agit d’une immense faille taillée dans la roche, perchée à 2380m d’altitude, qui laisse justement apparaître ce fameux lago di Lagazuoï presque 300m plus bas.
Ce lac tombe à pic lorsque tu croises sa route en pleine randonnée, après avoir crapahuté dans la caillasse sous un soleil de plomb pour te hisser en haut du col de Lagazuoï.

C’est une occasion à ne pas manquer pour piquer une tête dans ces eaux claires et face à ce panorama de folie. L’eau est froide certes, mais c’est un excellent décontractant musculaire !

10. Les galeries de Lagazuoï

Il faut savoir que le massif des Dolomites a servi de ligne de front aux Italiens lors de la 1ère Guerre Mondiale, lorsqu’ils ont décidé d’attaquer les l’Autrichiens. C’est dans les Dolomites et dans ces montagnes rocailleuses et escarpées que s’est déroulé ce terrible affrontement, laissant notamment comme traces, ces fameuses galeries.

L’ensemble de ce réseau a été creusé par les soldats à partir de 1914 et est aujourd’hui encore visitable. Les galeries Lagazuoï sont d’ailleurs le moyen le plus simple et rapide de rejoindre le paso Falzarego depuis le versant côté refuge de Lagazuoï, ou inversement.

Attention, il est nécessaire d’avoir une lampe frontale et il est conseillé de porter un casque car parfois le plafond est bien bas.
A toi de jouer ! A toi de partir explorer ce labyrinthe sous-terrain en faisant toujours bien attention où tu poses pieds car l’intérieur des galeries est très humide et le sol est bien souvent glissant !

Si tu souhaites recevoir l’itinéraire complet détaillé jour après jour de mon trek de 4 jours dans les Dolomites, ainsi que les liens de toutes les cartes GPS, le tout sous la forme d’un road-book téléchargeable sur smartphone, clique ci-dessous : 

TU VEUX TOUT SAVOIR POUR ORGANISER TON TREK EN AUTONOMIE ?

Tu veux : 

– savoir comment bien choisir tout ton matériel technique (chaussures, toile de tente, matelas de sol, sac de couchage, réchaud…)

– connaître les bonnes méthodes pour organiser ton sac afin de parfaitement répartir les charges

– savoir faire les bons réglages sur ton sac, de façon ne plus avoir jamais mal au dos

– connaître les secrets pour trouver l’emplacement idéal de ton bivouac

– avoir toutes mes astuces pour installer ton campement et en faire un endroit de rêve

– savoir comment survivre en rando, sans emmener une seule goutte d’eau

– avoir les bons plans pour manger à ta faim sans avoir à te ravitailler une seule fois et tout en te faisant plaisir

– ne rien oublier dans ta trousse de secours

J’ai créé pour toi ce guide « Trek en autonomie : Tout ce que tu dois absolument savoir » dans lequel je t’explique tout ça, avec le recul et l’expérience de mes nombreux treks mais aussi de mes pires galères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *