LES sommets les plus accessibles quand on débute en alpinisme

On commence par de courtes randos à la journée, on goûte ensuite aux treks de plusieurs jours, la vue des sommets nous donne l’envie de les gravir, on y prend goût puis on a envie de tenter plus grand, plus haut, plus loin, plus froid, plus enneigé…
Bref, voilà à peu près comment m’est venue l’envie de me mettre à l’alpinisme !

Tout a commencé en Indonésie, sur l’île de Lombok, lorsque j’ai décidé de faire l’ascension du mont Rinjani, un volcan qui culmine à 3726m. Pour moi, c’était un peu le défi de l’année, celui pour lequel je me suis préparée plusieurs mois auparavant.

Après avoir gravi ce 1er volcan, j’ai voulu tester la version enneigée, en grimpant la Roche Faurio (3730m) dans le massif des Ecrins afin de me familiariser avec le matériel d’alpinisme : apprendre à marcher encordée sur un glacier avec des crampons, apprendre à se servir d’un piolet, gérer les effets de l’altitude mais aussi du froid…

Les mois ont passé puis j’ai eu la chance de partir en Bolivie, où j’ai gravi deux sommets de plus de 5000m : le volcan Tunupa qui culmine à 5321m et le Pico Austria à 5320m mais aucun des deux n’est enneigé et aucun des deux ne nécessite d’équipement particulier (un guide est tout de même conseillé).
Ce séjour s’est conclu par l’ascension de mon 1er 6000m : le volcan Parinacota à 6348m, une expérience complètement folle… Certainement la plus belle mais aussi la plus dure en terme de défi sportif.
Bref, toutes ces expériences m’ont conforté dans mon idée : je venais de me découvrir une nouvelle passion.

Se fixer des objectifs, sortir de sa zone de confort, tester ses limites et se dépasser soi-même, toutes ces choses qui contribuent à ajouter un peu de piment dans sa vie de tous les jours et qui font se sentir plus vivant.

Tant qu’on ne connaît pas, tant qu’on n’a jamais essayé, on se base sur des « on dit » de personnes qui elles-mêmes n’y connaissent rien, on s’imagine des choses infondées… Bref, on pense que l’alpinisme c’est dangereux, on visualise tout de suite les scènes de film tel que Everest, on pense aux accidents, on voit ça comme quelque chose de super difficile… STOP !

L’alpinisme, quand on choisit une voie adaptée à son niveau et que l’on est bien encadré (par un guide de haute montagne expérimenté), n’est autre que de la randonnée sur de la neige ! Ni plus, ni moins ! Certes il faut apprivoiser tout le matériel qu’il y a autour, mais ça reste de la marche, plus ou moins éprouvante selon le dénivelé et l’altitude.

Et un des plus gros avantages de cette discipline, c’est que cela permet d’accéder à des endroits et à des étendues bien moins fréquentés que les habituels sentiers de randonnées. Cela permet d’avoir à portée de main tout un tas de versants, de sommets et surtout de paysages invisibles et inatteignables quand tu es en bas dans tes chaussures de randonnée.

Ça te tente ? vas-y, fonce !

Si comme moi, tu fais partie de ceux qui rêvent d’aller toujours plus haut, de partir à l’assaut de ces sommets enneigés, d’aller voir à quoi ressemble la vie vue d’en haut, je n’ai qu’un conseil à te donner : vas-y, fonce !

N’oublie pas qu’avec toutes nos conneries et avec le réchauffement climatique, il sera de plus en plus compliqué dans les années à venir de pouvoir pratiquer l’alpinisme. Déjà à l’heure actuelle la saison pour pratiquer l’alpinisme se raccourcit et la surface des terrains de jeux diminue à vitesse grand V !

Pour t’aider à te lancer, voici une petite liste non-exhaustive de quelques sommets des Alpes, accessibles aux débutants :

Le Grand Paradis (4061m) : sur 2 jours – Sportif régulier
Les 4000m du massif du Mont Rose (je t’invite à lire mon article consacré à ce stage ici) : la pointe Giordani 4046m, la pointe Zumstein 4563m, la pointe Gnifetti 4559m, le Balmernhorn 4185m et la pyramide Vincent 4215m : l’ensemble de ces 5 sommets se fait sur 3 jours/2 nuits – Sportif régulier
Le Dôme des Écrins (4015m) : sur 2 ou 3 jours – Sportif régulier
La Roche Faurio (3726m) : sur 2 jours – Sportif régulier
La Dent Parrachée (3697m) : sur 2 jours – Sportif régulier
L’Aiguille du Tour (3540m) : sur 2 jours – Sportif occasionnel
Tour des Ailefroides (3351m) : sur 4 jours – Sportif régulier

Tous ces stages d’alpinisme sont à réaliser avec un guide (en général 1 guide pour 4 personnes maximum) entre juin et septembre (mais cela dépend de plus en plus des années et des conditions de neige et de glace).

Si tu es tenté par l’expérience et que tu souhaites connaître les coordonnées de mon super guide de haute montagne basé près d’Aoste (en Italie), clique ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *