Quoi de plus fascinant que d’observer un ciel étoilé lors d’une belle soirée d’été en pleine montagne, à l’écart de toute pollution lumineuse…
Dans cet article je vais te donner les clés pour régler ton appareil photo de manière optimale afin de pouvoir immortaliser ces merveilleux ciels étoilés d’été !

2 CONSEILS POUR BIEN VOIR LES étoiles

1. Fuir toute pollution lumineuse 

C’est à dire tout ce qui est lumière type lampadaire, feux de voiture, éclairage industriel ainsi que la Lune ! Un soir de pleine lune, le ciel risque d’être très clair et de réduire la visibilité… plus tu es dans la nuit noire, mieux c’est.

 

CARTE POLLUTION LUMINEUSE

Il existe un site internet qui schématise les zones géographiques de France où la pollution lumineuse est plus ou moins élevée. Cela peut permettre de trouver la zone idéale quand on ne connaît pas forcément les environs. Pour cela, tu peux te rendre sur : www.lightpollutionmap.info

2. Trouver un ciel clair et dégagé

S’il y a des nuages ou que le ciel est couvert, tu ne verras rien ! C’est comme essayer de voir les étoiles alors qu’il pleut…

 

CONSTELLATIONS ET VOIE LACTÉE

Il existe plusieurs applications pour mobiles qui matérialisent la positions des astres à travers l’écran de ton smartphone en utilisant la caméra (Star Walk 2, SkySafari, SkyView…)
A tout moment de la journée (même de jour) il est possible de scanner le ciel pour savoir où se trouvent les différentes constellations à un instant T en fonction de ta position GPS.
Super pratique pour localiser la voie lactée !

MES 10 CONSEILS pour photographier les étoiles

LES BASES TECHNIQUES DE LA PHOTO

Avant tout de chose, il est primordial d’être à l’aise et de bien maîtriser les bases techniques de la  photo : vitesse d’obturation, ouverture, sensibilité ISO…

Si ce n’est pas encore le cas, je t’invite à regarder le guide que j’ai écrit « Les bases pour débuter en photo », disponible ici : https://blogtrotteuz.systeme.io/presentation-les-bases-pour-debuter-en-photo

Si tu as déjà lu mon article pour savoir « comment photographier une aurore boréale », tu vas voir le principe est un peu le même.

Voici ce qu’il faut retenir : quand il fait nuit il y a très peu de lumière. Ok, jusque là tu me suis je n’invente rien ! Si tu veux avoir une photo bien exposée il faudra faire rentrer un maximum de lumière à travers ton objectif. Pour cela, tu vas pouvoir jouer sur 2 variables : l’ouverture de ton diaphragme et le temps d’ouverture. En ouvrant ton diaphragme au maximum, et en le laissant ouvert suffisamment longtemps, tu devrais faire rentrer suffisamment de lumière pour avoir une photo correctement exposée.

Il est également possible d’augmenter la sensibilité de ton capteur (pour que ta photo soit plus lumineuse) en augmentant les ISO.  Mais attention car plus les ISO sont élevés plus l’image se dégrade avec notamment l’apparition de ce qu’on appelle « le bruit ».

Quel est l’intérêt de jouer sur les ISO ? C’est nécessaire lors d’une nuit vraiment noire et lorsque malgré une large ouverture de diaphragme et un temps de pose long, ta photo reste sous-exposée. L’autre intérêt c’est que ça permet de conserver une vitesse d’obturation correcte afin d’éviter d’observer un flou de mouvement des étoiles sur ta photo. Et oui… la Terre tourne et souvent avec un temps de pose de 30 secondes tu verras apparaître les étoiles sous forme de trainées au lieu de points… Pour éviter ce phénomène mieux vaut diminuer un peu le temps de pose et augmenter un peu les ISO pour compenser la perte de luminosité. 

1. L'appareil photo

Premièrement il te faudra un appareil photo avec lequel tu peux régler l’ouverture du diaphragme et sa vitesse d’obturation. Un réflex ou hybride plutôt qu'un compact.

2. Le trepied

Il te faudra obligatoirement un trépied ou à défaut un support fixe (muret ou autre...) afin de stabiliser ton appareil photo et éviter d’avoir une image floue.

3. RAW

Shoote en RAW plutôt qu'en JPEG surtout si tu souhaites retoucher tes photos par la suite (balance des blancs par exemple...). Le format RAW permet d'enregistrer beaucoup plus d'informations dans les très hautes et les très basses lumières et c'est très utile en photo de nuit ! Attention le format RAW est beaucoup plus lourd que le format JPEG. Bien souvent chaque constructeur d'appareil photo fournit son logiciel de retouches (Capture NX-D pour Nikon, Capture One pour Sony, Digital Photo Professional pour Canon...)

4. Mode Manuel

Passe en mode M (Manuel) afin de pouvoir gérer l'ouverture de ton diaphragme, sa vitesse d'obturation ainsi que les ISO (la sensibilité du capteur)

5. Pas de flash

Désactive ton flash

6. Autofocus sur l'infini

Règle ta mise au point manuellement sur l’infini (parfois la zone de netteté est légèrement différente, il faut jouer un petit peu avec la bague de mise au point, pour cela je te conseille de trouver le réglage idéal de jour, en faisant des test à l’avance)

7. Mesure de la lumiere matricielle

Règle de préférence la mesure de la lumière en mode matricielle (aussi appelée multizone ou évaluative selon les marques). Cela permettra de faire une moyenne de la lumière de toute l'image.

8. Ouverture maximale (f/2.8)

Ouvre ton diaphragme au maximum : ça revient à régler l’ouverture sur la plus petite valeur possible (f/2.8 étant l’idéal) En effet la nuit, il y a très peu de lumière qui rentre jusqu'au capteur de ton appareil photo, il faut donc choisir la plus grande ouverture possible.

9. ISO 800

Règle la sensibilité sur 800 ISO dans un premier temps et tu pourras éventuellement l’augmenter par la suite. Attention toutefois car plus la valeur est élevée, plus tu auras du bruit et plus tu verras les pixels sur ton image.

10. Temps d'exposition > 5 secondes

Commence par régler le temps d’ouverture de ton diaphragme sur au moins 5 secondes puis teste différents temps de pose jusqu'à obtenir le résultat souhaité. Là encore il n’y a pas de règle, tout va dépendre de la luminosité, donc à toi de tester et d’adapter. Une des règles que tu peux retenir pour avoir une idée de la vitesse idéale est la suivante : la vitesse (en secondes) = 500/longueur de ta focale (en mm). Par exemple si tu shootes avec une focale de 50mm, alors ta vitesse devra être de 500/50=10 secondes.

11. Declencher avec une telecommande ou le retardateur

Le simple fait de prendre ta photo en appuyant sur le bouton déclencheur risque de créer des micro-mouvement pouvant entrainer un flou de bouger. Il est donc conseillé d'utiliser une télécommande, ou à défaut, le retardateur de ton appareil réglé sur 2 secondes.

11. Plusieurs batteries et beaucoup de place sur ta carte memoire

Prévois plusieurs batteries ! Avec le froid les batteries se déchargent beaucoup plus rapidement, je te conseille donc d'en avoir au moins une de rechange sur toi, et de la garder dans une poche au chaud. Et prévois de la place sur ta carte mémoire ! En effet, si tu souhaites faire un peu de post-production et que tu shootes en RAW, ce format prend énormément de place...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour t’abonner et recevoir mes bons plans et mes derniers articles :

QUI SUIS-JE ?

Julie, auteur de ce blog

Moi c’est Julie, organisatrice de road-trip sur-mesure mais surtout grande passionnée de voyage, de photo et de vidéo.

J’ai créé ce blog dans le but de te donner les clés pour voyager un peu différemment, car c’est en sortant des sentiers battus et en quittant sa zone de confort, que le voyage prend tout son sens.