Valparaiso, qui pour certains signifie « Vallée du Paradis » et pour d’autres « Va au paradis », est une ville du Chili située à 115km de la capitale Santiago. Construite au bord du Pacifique et adossée à près de 42 collines, elle a la réputation d’être une des plus belles villes d’Amérique du Sud mais surtout d’être la capitale du street-art.
Prépare-toi à en prendre plein les yeux, il va y a voir de la couleur et autant te le dire tout de suite, ici tu vas t’affuter les mollets !

Comment s'y rendre ?

Depuis Santiago, le plus simple est de prendre un taxi (compte environ 1h30 à 2h de route pour t’y rendre), sinon il existe aussi une ligne de bus (toutes les 10 à 15 min avec la compagnie Tur Bus, arrivée au terminal Alameda à Valparaiso, 1h30 à 2h également et environ 8-10€ le trajet).

Que voir et que faire à Valparaiso ?

Heureusement, Valparaiso a l’avantage d’être une ville relativement petite, à taille humaine, dont le centre peut se parcourir intégralement à pieds.

Voici donc ce que je te conseille de ne louper sous aucun prétexte :

1. Arpenter les ruelles du Cerro Concepcion et du Cerro Alegre

Il s’agit des deux quartiers les plus réputés et touristiques de Valparaiso (inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO), ceux où l’on trouve le plus de street-art, les plus belles maisons colorées, les ruelles les plus charmantes (et pentues), les bons petits restos et les jolies boutiques.

Pour monter sur la colline de Cerro Concepcion, le vieil ascenseur du même nom peut être une alternative aux escaliers qui mènent au paseo Gervasoni. De là-haut tu auras alors une des plus belles vues de la ville ! C’est également ici que tu trouveras le célèbre escalier « piano » au bas de la rue Abtao qui t’emmène jusqu’à la rue Beethoven.
N’hésite pas à partir te perdre dans ce dédale de ruelles pour dénicher de vraies petites pépites !

Dans le quartier de Cerro Alegre, je te conseille également de prendre un peu de hauteur en allant au mirador Yugoslavo, au-dessus de l’ascenseur El Peral.

2. Prendre de la hauteur et découvrir les nombreux miradors de la ville

La ville étant construite sur de nombreuses collines, on y trouve tout un tas de points de vue qui offrent des panoramas tous plus exceptionnels les uns que les autres.
Voici les meilleurs miradors :

Dans le quartier de Cerro Artilleria : le Paseo 21 de Mayo.
On peut s’y rendre soit à pieds, soit en prenant l’ascenseur ultra-coloré Artilleria (100 pesos/personne).
Ce petit bosquet offre une vue sur le port de commerce (ancien plus grand port de commerce du pays, aujourd’hui détrôné par celui de San Antonio) et sur le bal incessant des grues qui déchargent les conteneurs des paquebots, c’est assez incroyable de voir la vitesse à laquelle ils te déchargent un bateau !

Dans le quartier Cerro Alegre : le mirador Yugoslavo, accessible via l’ascenseur El Peral qui offre une jolie vue sur la baie avec au premier plan une superbe bâtisse en bois typique de Valparaiso (photo ci-dessus).

Dans le quartier Cerro Polanco, un peu plus à l’écart du centre-ville cette fois. Après avoir emprunté un petit tunnel d’une centaine de mètres tu utiliseras le super ascenseur (du même nom) qui t’emmènera 60m plus haut, sur les hauteurs du quartier.

3. Visiter la « Sebastiana » : maison du célèbre poète Pablo Neruda

Cette jolie bâtisse de 4 étages aux couleurs du drapeau chilien se trouve dans le quartier de Cerro Bellavista. C’est ici, dans cette incroyable villa adossée à la colline, que le célèbre poète Pablo Neruda venait trouver l’inspiration.
Il est possible de la visiter et de se promener dans les différentes pièces de la maison qui sont restées totalement aménagées.

Le site est ouvert tous les jours sauf le lundi de mars à décembre (de 10h10 à 18h) et l’entrée coûte 5000 pesos.

4. Quartier de Cerro Polanco

Valparaiso Cerro Polanco

Il s’agit d’un quartier un peu à l’écart qui a la réputation d’être un peu craignos…
Avant d’aller s’y aventurer, on en a parlé un peu avec le gérant de notre hôtel (un néo-zéolandais), qui, lui-même nous a dit qu’effectivement beaucoup de locaux recommandaient de ne pas y aller seul, mais qu’il s’y était déjà rendu plusieurs fois et qu’il n’avait jamais eu de soucis. On a donc tenté le coup et ça en valait la peine !
On y trouve de superbes fresques de street-art sur les maisons, de véritables œuvres d’art !

C’est également l’occasion d’emprunter son fameux ascenseur Polanco pour arriver directement sur les hauteurs du quartier et avoir un joli point de vue sur la ville.
Si tu as la possibilité d’être accompagné par un local, c’est préférable, sinon la balade s’envisage quand même mais en laissant ses objets de valeurs à l’hôtel et en ne se promenant pas avec son appareil photo trop en évidence.

5. Faire une visite guidée avec Tours4Tips

Des visites de la ville sont organisées par de jeunes étudiants tous les jours à 10h et à 15h30 et le principe repose sur le fait qu’elles sont gratuites mais c’est à toi de donner le pourboire que tu veux. Le point de rencontre se fait sur la place Sotomayor dans le quartier de Cerro Concepcion, se poursuit ensuite vers le port de commerce puis remonte sur les hauteurs à la découverte des plus belles ruelles de street-art. Le tour dure environ 3h.

Tout au long de la visite on apprend vraiment tout un tas de petites anecdotes qui nous permettent de mieux comprendre comment s’est construit Valparaiso mais aussi pourquoi elle est devenue ce qu’elle est aujourd’hui. Bref, une visite guidée vraiment super enrichissante, à la condition de plutôt bien parler anglais ! Je le précise car ça a été assez compliqué pour moi qui ai un anglais déjà un peu approximatif, mais quand en plus il est prononcé par un chilien… je ne te raconte pas la galère !

Pour l’anecdote :

Les maisons de la ville de Valparaiso sont essentiellement faites de bric et de broc : du bois de la ferraille, des tôles ondulées… L’origine de tout ça ? C’est tout simplement parce qu’à l’époque où le port de Valparaiso était encore le plus grand port de commerce du Chili, c’était un point de passage obligé pour tous les navires qui se rendaient sur les côtes ouest des Etats-Unis. Ces navires contournaient l’Amérique du Sud par le sud, par le fameux Cap Horn et devaient faire face à ses caprices météorologiques. Pour passer ce cap, les navires devaient être lestés afin de ne pas chavirer puis une fois sur la côte pacifique du Chili ils rejetaient à la mer tout ce qui ne leur était plus utile, à savoir des tonnes de bois et de tôle qui finissaient par venir s’échouer sur la côte, près du futur…. Valparaiso.

6. Aller manger un sandwich typique au « La Paloma » au Mercado Cardonal

Le Mercado Cardonal est un grand marché couvert qui se trouve au 125 Uruguay, tout à l’Est de Valparaiso, à l’opposé de Cerro Concepcion mais pas très loin de Cerro Polanco.
Tous le rez-de-chaussée de cet immense marché est réservé aux maraîchers et aux producteurs et tous l’étage est dédié aux restaurants.
Si tu veux faire comme les locaux… va manger un sandwich chez La Paloma, ici tous les chiliens en raffolent ! Au menu pour nous ce sera donc un sandwich avec des tranches de viande coupées extrêmement finement et recouvertes de mayonnaise. On a compris seulement plus tard que cette viande était de la… langue, mais on ne sait toujours pas de la langue de quoi ?! Bref, même si les plats n’ont rien d’un diner gastronomique, l’ambiance et le folklore est là. Immersion garantie !

7. Observer les lions de mers et les pélicans à Caleta Portales

Une fois que tu es au Mercado Cadonal, tu n’es plus loin de la station de métro « Baron » et un seul arrêt sera suffisant pour te conduire à la plage de la Caleta Portales (direction « Lamache », arrêt « Portales »).
C’est ici que tous les pêcheurs du coin viennent décharger leur pêche quotidienne, qui se retrouve ensuite sur les différents étals de ce marché de poissons.

L’endroit est devenue une véritable attraction d’autant plus qu’on peut y observer des troupeaux entiers de lions de mer et des dizaines de pélicans, qui n’attendent qu’une chose : les restes de poissons !
Tu y trouveras de nombreux restaurants proposant des spécialités de la mer et ça peut aussi être l’occasion de se balader sur la plage ou de se poser pour boire un coup les pieds dans le sable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour t’abonner et recevoir mes bons plans et mes derniers articles :

QUI SUIS-JE ?

Julie, auteur de ce blog

Moi c’est Julie, organisatrice de road-trip sur-mesure mais surtout grande passionnée de voyage, de photo et de vidéo.

J’ai créé ce blog dans le but de te donner les clés pour voyager un peu différemment, car c’est en sortant des sentiers battus et en quittant sa zone de confort, que le voyage prend tout son sens.