JOUR 3

La nuit dans notre hôtel de sel a été meilleure que la précédente, il faut croire que le sel isole mieux que la brique. Ou peut-être juste que les couvertures étaient plus chaudes ici, en même temps il faut dire qu’ils ne lésinent pas là-dessus, on avait 3 énormes couvertures en laine chacun…

La Caverna del Infierno

Nous entamons donc notre 3ème journée (déjà !) par la visite d’une grotte à quelques minutes seulement de l’hôtel, appelée « caverna del infierno» qui signifie « grotte de l’enfer ».  

Cette grotte qui borde le Salar d’Uyuni était autrefois (il n’y a pas si longtemps que ça finalement… 12.000 ans), sous l’eau. Oui tu as bien lu, toute cette zone était recouverte d’un océan s’étirant jusqu’à la ville de Oruro.

Une fois à l’intérieur, on découvre des parois couvertes de formations calcaires et de coraux fossilisés qui devaient faire partie autrefois d’une imposante barrière de corail, c’est assez impressionnant !

 

Formations calcaires dans la grotte de l'enfer

INFOS

Il te faudra payer la somme de 15Bs (soir 2€) pour pouvoir visiter la grotte et recevoir les explications à cette curiosité de la nature.

Claustrophobes s’abstenir, et pour les autres, attention à la tête car les plafonds sont bas mais heureusement tu recevras un beau casque pour te protéger !

Belvédère

Nous prenons ensuite un peu de hauteur en grimpant jusqu’au belvédère qui se trouve 110m plus haut que la grotte, pour admirer l’immensité du Salar.

Et bien je peux vous dire qu’on fait déjà beaucoup moins les malins, on n’est « qu’à » 3675m d’altitude, mais la petite grimpette on la sent bien !
Physiquement, tout va bien, c’est plus au niveau de la respiration que cela se complique. On est obligé d’adapter notre allure pour ne pas cracher nos poumons.
On est pourtant tous sportifs et non-fumeurs, mais clairement, nous ne sommes pas encore bien acclimatés.
Dès qu’on reprend un peu de confiance et qu’on accélère le rythme, on se retrouve essoufflés comme des octogénaires ! Ca promet…

Bref, après 30 minutes de marche au milieu d’immenses cactus et de milliers de coraux fossilisés, nous voilà au belvédère, avec une vue magnifique sur le Salar.

Belvédère sur le Salar

Après avoir observé le Salar de l’extérieur, il est maintenant temps d’aller au cœur de celui-ci.
Notre Land Cruiser avale les premiers kilomètres de pistes toutes droites, jusqu’à arriver à une première petite île, perdue au beau milieu de cet immense étendue de sel.

On entend le sel craquer sous les pneus du 4×4, on croirait rouler sur une immense banquise.

Heureusement qu’il y a quelques îles au loin pour se repérer…

L'île de Pia-Pia

Nous faisons notre première halte, sur l’île de Pia-Pia, une île d’origine volcanique couverte de centaines de cactus.

Vous pouvez passer de part en part de l’île, elle n’est pas très grande. A priori il y aurait même une grotte ici, mais nous ne l’avons pas trouvée…

Nous profitons de l’endroit et du fait que nous soyons seuls pour faire quelques prises de vue avec le drone.

Ile Pia-Pia

DRONE

Si tu possédes également un drone, il est interdit de le faire voler aux abords de l’île Incahuasi, du fait du grand nombre de touristes.

L’île Pia-Pia peut donc être une bonne alternative.

L'île Incahuasi

Nous poussons ensuite un peu plus loin, jusqu’à la fameuse île Incahuasi, qui signifie en langue Quechua « maison de l’Inca ».

Là encore surprise totale, nous sommes quasiment seuls sur place, alors que c’est un des endroits, les plus fréquentés du Sud Lipez.

Ici, les cactus ont complètement envahi les lieux, la plupart font plusieurs mètres de haut et le plus grand mesure 12m !

Les cactus ont envahi l'île Incahuasi

Je vous conseille de sillonner l’île jusqu’à son sommet, par les sentiers aménagés : la vue panoramique est à couper le souffle.

Une fois en haut et en regardant vers le nord, on peut apercevoir au loin, le volcan Tunupa qui culmine à 5200m d’altitude.
Ce soir, c’est à ses pieds que nous passerons la nuit. (Lire mon article sur l’ascension du Tunupa)

INFOS

Il te faudra payer 30Bs (soit un peu moins de 4€) pour pouvoir visiter l’île.

Pour atteindre les 3822m du sommet de l’île, il te faudra grimper 80m de dénivelé.
Compte environ 30 minutes, avec les arrêts photos.

Vue sur le Tunupa depuis le sommet de l'île

A notre retour en bas, une table est dressée, et des plats nous attendent, oui oui Fabio a tout préparé pendant notre balade, nous n’avons plus qu’à mettre les pieds sous la table.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut manger dans un cadre pareil…

 

Petit repas concocté par notre guide Fabio, au milieu du Salar

La traversée du Salar d'Uyuni

Ca y est nous voilà enfin au beau milieu de la plus grande étendue de sel au monde.
Pfouah ce qu’on se sent petit…

LE SALAR EN QUELQUES CHIFFRES :

Le Salar d’Uyuni est le plus grand désert de sel au monde, avec une superficie de 12.000 km2.
Il mesure 150km dans sa plus grande longueur et compte 32 îlots, dont la plus grande et la plus connue, l’île Incahuasi, que nous visiterons un peu plus tard.

Il représente également un tiers des réserves de lithium exploitables sur notre planète.

Le blanc immaculé du Salar

PROTEGE-TOI BIEN !

Lunettes de soleil de catégorie 3, voire 4 pour les yeux clairs et crème solaire à gogo !

La réverbération des rayons du soleil sur le sel pourrait te brûler !

Les distances sont inestimables et nous allons justement profiter de ça pour faire des photos avec des perspectives insolites.

Je te laisse regarder !

Allez, après avoir bien rigolé, nous remontons dans le 4×4 pour achever notre traversée du Salar, direction le petit village de Coquesa.

Nuit à Coquesa

Une bonne heure de route nous sépare encore de la « terre ferme » et c’est donc en milieu d’après-midi que nous arrivons à notre petite « hospedaje » (auberge), au pied du Tunupa.

C’est l’heure du goûter, et comme chaque soir dans chacun de nos hébergements, on nous accueille avec un bon maté de coca et des petits gâteaux, le pied !

On regarde par la fenêtre, le ciel s’est couvert depuis une petit heure, les gros nuages noirs sont désormais au-dessus de nous… Les premiers, depuis que l’on est en Amérique du Sud !

Oh merde, juste le soir où l’on devait aller admirer le coucher du soleil sur le salar
Et bien écoutez, dans notre malheur on a été très chanceux ! Je vous explique :

Ici il ne pleut normalement jamais à cette saison. La saison des pluies c’est plutôt aux alentours des mois de janvier-février.
Donc on n’y a pas échappé, il est effectivement tombé une énorme averse, il est même tombé des grêlons alors que quelques heures plus tôt il faisait encore 25°C.

Et finalement vers 17h30, ça s’est calmé et le ciel s’est à nouveau dégagé. Juste à temps pour le coucher du soleil. Si ça c’est pas de la chance… Et attends c’est pas fini ! Avec l’énorme averse qu’il est tombée, le salar s’est retrouvé couvert d’une fine couche d’eau, créant un vrai miroir sur tout le salar.
La cerise sur le gâteau quoi… On n’aurait pas pu espérer mieux.

Je te laisse admirer le résultat en photos :

Ca y est la nuit tombe, il est l’heure de rentrer, d’aller manger et de faire une bonne nuit, car demain notre première ascension nous attend : le volcan Tunupa (5200m).

Itinéraire de ces 4 jours et ces 1100km de pistes :

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email
Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m’appelle Julie, je suis passionnée de voyage, de nature & outdoor, de photo et de vidéo et j’ai créé ce blog dans le but de te donner envie de voyager un peu différemment.

Je t’aiguille dans tes choix d’itinéraires, vols, hébergements, excursions et activités, lieux à visiter, le tout en fonction de tes envies et des critères que tu m’auras fournis.

Qui se cache derrière l'appareil-photo ?

Je m’appelle Julie, je suis passionnée de voyage, de photo et de vidéo et j’ai créé ce blog dans le but de te donner envie de voyager un peu différemment.
En sortant des sentiers battus et en quittant sa petite zone de confort, le voyage devient plus enrichissant.

Recherche :

Abonne-toi pour recevoir tous mes bons plans :