Avant même de partir pour l’Amérique du Sud, alors que la planification de notre road-trip n’en était qu’à ses débuts, mes compagnons de voyage et moi-même, nous étions fixé un défi un peu fou : celui de réaliser l’ascension d’un sommet. Avec sa cinquantaine de sommets de plus de 5000m et ses 13 sommets de plus de 6000m, la Bolivie semblait être l’endroit parfait.

Après s’être pas mal renseigné à droite et à gauche, notamment auprès d’agences sur internet, nous avons pris la décision de tenter un 6000. Je tiens à préciser qu’à ce moment-là, nous n’avions aucune expérience en alpinisme, nous étions juste plutôt sportifs et peut-être un peu barjos.

CHOISIR SON SOMMET

Il fallait maintenant choisir un sommet… Un sommet accessible aux débutants… Un sommet sans difficulté technique…

J’en avais repéré quelques-uns :

Huayna Potosi (6088m)

Situé dans la Cordillère Royale juste au-dessus de La Paz.

Il est considéré comme l’un des 6000 les plus accessibles au monde, c’est certainement ce qui en fait sa notoriété en Bolivie. C’est aussi soi-disant le plus beau, et il ne présente à priori aucune difficulté technique mis à part la dernière petite arête finale…

NON

On a finalement décidé de ne pas le retenir car nous avions déjà prévu un trek d’acclimatation dans la Cordillère Royale et nous voulions changer un peu d’endroit et de paysages.

Chachacomani (6074m)

Situé lui aussi dans la Cordillère Royale juste au-dessus de La Paz.

Il est réputé comme techniquement pas difficile et adapté aux débutants.

NON

Celui-ci nous ne l’avons pas choisi non plus, car il fallait 4 jours pour réaliser son approche et son ascension, à cause de sa situation difficile d’accès. Or nous n’avions que 3 jours maximum dans notre programme pour organiser cette ascension.

Licancabur (5916m)

Situé au sud-ouest de la Bolivie, sur la frontière avec le Chili.

Son ascension ne nécessite aucun matériel particulier, mis à part une bonne paire de chaussures de rando. Crampons inutiles puisque le sommet n'est quasiment jamais totalement enneigé. Seuls quelques pénitents peuvent rendre la dernière partie de l'ascension pénible.

NON

Nous ne l’avons pas retenu non plus car on aurait croisé sa route dans la première partie de notre road-trip, on n’aurait donc pas été suffisamment acclimaté. Et en plus… 5916m, ben c’est pas 6000 !

Parinacota (6348m)

Situé dans le Parc National de Sajama, tout à l’ouest de la Bolivie, à la frontière avec l'extrême nord du Chili.

Son ascension est considérée comme sans aucune difficulté technique mais très éprouvante. En effet cette course glaciaire se termine par une très longue marche de plusieurs heures à plus de 6000m, sur un dôme enneigé, qui demande une très grande résistance à l’effort en haute altitude.

OUI

C’est celui que nous avons finalement choisi, principalement car il se trouvait dans une région de la Bolivie que nous voulions découvrir, tout en répondant à tous nos critères.

Facebook
Twitter
WhatsApp
Email
Imprimer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je m’appelle Julie, je suis passionnée de voyage, de nature & outdoor, de photo et de vidéo et j’ai créé ce blog dans le but de te donner envie de voyager un peu différemment.

Je t’aiguille dans tes choix d’itinéraires, vols, hébergements, excursions et activités, lieux à visiter, le tout en fonction de tes envies et des critères que tu m’auras fournis.

Qui se cache derrière l'appareil-photo ?

Je m’appelle Julie, je suis passionnée de voyage, de photo et de vidéo et j’ai créé ce blog dans le but de te donner envie de voyager un peu différemment.
En sortant des sentiers battus et en quittant sa petite zone de confort, le voyage devient plus enrichissant.

Recherche :

Abonne-toi pour recevoir tous mes bons plans :